Félicité Lyamukuru : « J’avais cette rage de fonder une famille »

Les parents de Félicité vivaient au Rwanda quand le génocide a frappé le pays en 1994. Durant sa petite enfance, Félicité n’avait pas conscience d’être Tutsi. Cette insouciance durera jusqu’en 1992, quand Kibilira, la région d’origine de sa mère, est touchée par une vague de massacres de Tutsis. Le 6 avril 1994, Félicité, qui a 16 ans, passe une paisible soirée lorsque survient la mort du Président Habyarimana. Tout bascule : les tueries massives se répandent à une vitesse folle. De nombreuses familles tutsies du voisinage seront assassinées, ainsi que sa mère, son père et cinq de ses frères et sœur.

Après le génocide, Félicité refoule ce passé tragique et une fois installée en Belgique, en 2000, elle y fonde une famille. Mais progressivement, elle s’interroge sur le drame du Rwanda, y retourne pour comprendre, visite les prisons, interpelle les génocidaires. Son témoignage fait régulièrement l’objet de rencontres dans les écoles et le livre qu’elle écrit à ce propos sera publié prochainement. Devoir de mémoire, difficulté de pardonner aux bourreaux, transmettre la conscience de la responsabilité de nos actes, lutter contre le racisme, ce sont ces choses essentielles qu’elle communique avec émotion aux jeunes de Out of the Box lors du déjeuner de ce 21 février 2017.

Partager l'article sur

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

Derniers articles

Louise Attaque

Un grand moment, ce lundi 2 décembre à Out of the Box ! Arnaud Samuel, le violoniste du groupe de Pop Rock français Louise Attaque profite

Lire l'article