L’exposition « C’est magique »

Ce jeudi 12 décembre, vernissage de  « C’est magique » à Out of the Box ! L’exposition participe au thème général de cette année scolaire, le microcosme, peut être visitée jusqu’au 20 décembre 2019.

L’occasion d’accueillir beaucoup de monde et de présenter les œuvres des artistes Franck Sarfati, Frédéric Biesmans, Marcello Chiarenza, Thérèse Chotteau et Séphora Thomas. L’occasion, aussi, de vendre nos coussins réalisés avec de très beaux et luxueux tissus récupérés chez une décoratrice et dont l’argent ainsi récolté servira au voyage annuel des jeunes en avril prochain.

Formé à l’Ecole supérieure des Arts visuels de la Cambre à Bruxelles, Franck Sarfati est certainement un des graphistes belges les plus célèbres de sa génération. On lui doit de très nombreuses créations graphiques qui ont toutes un point commun : une grande élégance, un soin extrême apporté aux détails et une grande innovation formelle. Depuis quelques années, Franck se consacre à la sculpture et s’est choisi le kaolin comme matière de prédilection. On  retrouve dans son traitement du biscuit le perfectionnisme qu’il apporte à toute chose. Ses créations restent pour la plupart de petit format et explorent cette passionnante antinomie entre fragilité et force, entre structure maîtrisée et désordre.

Les sculptures de Frédéric Biesmans sont des micro-univers foisonnants de vie. Elles exigent une parfaite maîtrise technique et une précision d’exécution éblouissante. Formé à la tradition des compagnons tailleurs de pierre, il a étudié avec patience les gestes, processus et méthodes, temps de séchage et de cuisson de la céramique. Façonnées à la main et à l’aide de quelques rares outils, ces micro-sculptures sont réalisées sans croquis préparatoire, reflétant directement ses idées dans la terre qu’il fait cuire ensuite lentement. Chaque sculpture raconte une histoire, délivre un message. Entre vestiges archéologiques et architecture futuriste, entre ruines envahies de nature et scènes de guerre, on voyage ici dans l’utopie, la nostalgie et l’anticipation.

Originaire de Sicile, Marcello Chiarenza vit et travaille à Venise. Comme sculpteur, scénographe ou metteur en scène de théâtre, il s’est imposé en Italie et à l’étranger par une figuration symbolique et une dramaturgie de la fête qui rendent compte de la beauté de la nature, du cycle des saisons, des souffles du temps, des légendes et des contes. Ses installations, souvent éphémères, ont pour cadre les villes ou les ruines, les parcs naturels, les bords de fleuves ou de lacs, les montagnes et la mer. L’artiste présente ici des petites sculptures dont la poésie et la modestie sollicitent notre sensibilité et nous offrent une vision harmonieuse de la vie.

Formée à l’Académie royale des Beaux Arts de Bruxelles, Thérèse Chotteau est une artiste bien connue, notamment pour ses sculptures réalisées dans l’espace public bruxellois et pour les nombreuses expositions auxquelles elle participe depuis les années 1980. Elle a également enseigné à l’ERG, à l’Institut supérieur d’Architecture et à l’Institut Saint-Luc de Bruxelles. Alliant souvent la sculpture, le dessin et la photographie, elle n’hésite pas non plus à associer formes et matières à différentes échelles. Ici, c’est à l’observation de personnages miniatures qu’elle nous invite. Placés sur des plaques d’impression d’anciens journaux, ils s’activent au gré de notre imagination.

Les collages de Séphora Thomas font le lien entre ses deux autres activités : l’histoire de l’art et la psychanalyse. Ils surgissent au gré d’images trouvées : emballages, magazines, publicités, vieilles brochures ou catalogues. S’y ajoutent parfois des visages selon d’heureux hasards. Les dessins résultent d’une sorte d’automatisme, ils sont réalisés en série, parfois distraitement et en guise de délassement. Tous ces petits visages, toujours de face, génèrent une foule dont chacun est unique. Visages et collages offrent le contraste des références qui s’y côtoient : les souvenirs et les plaisirs de l’enfance ; une pensée mûrie avec l’âge. Sans hiérarchie, ils nous proposent un sens, parfois de façon évidente, parfois en filigrane

Photos du vernissage - Jeudi 12 décembre 2019

Partager l'article sur

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Derniers articles

Mappa Mundi

La représentation du monde existe depuis des siècles. Portulans, mappemondes et cartes nous permettent d’appréhender le monde, sa géographie et ses découpages géopolitiques. Mais également

Lire l'article