Année académique 2015-2016 Ateliers News

La symbolique du Masque

By on 15 janvier 2016

Le vendredi 15 janvier 2016, le film V for Vendetta était programmé au ciné-club de Out of the box. A cette occasion, Diane a proposé aux jeunes d’en savoir plus sur la notion de masque.

Retrouvez ici son intervention et n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques ou compléments d’information.

Le masque, qui est un visage artificiel, est présent dans l’histoire des hommes depuis la préhistoire. Son usage a été et est toujours universel.

Pourquoi ?

Certaines situations empêchent l’homme de s’exprimer pleinement et complètement dans un langage direct. Le masque peut alors les aider. On peut dès lors considérer le masque comme un objet intermédiaire entre soi et le monde.

Le masque a servi dans différentes cultures à adorer les dieux, à guérir, à initier, à sauvegarder l’autorité et les coutumes, mais aussi à échapper à cette autorité.

On le retrouve dans la mythologie, le théâtre, les contes. Ils expriment bon nombre d’émotions l’amour, la peur, la mort, la colère, la joie, la folie, …

Placé entre soi et le monde, le masque a une nature double, puisqu’il est tourné vers l’intérieur et l’extérieur en même temps. Il déguise, cache, recouvre, protège, ment, libère, illusionne, transforme, effraye, déconcerte, révèle, …

Mais le masque peut aussi être identifié aux personnages et rôles que nous incarnons, avec lesquels nous entrons dans le monde réel et ces rôles servent à nous identifier.

Ex : l’épouse, l’artiste, le fils, le médecin, le professeur, le politicien, …

Ces « masques » se dressent entre notre subjectivité et la communauté, l’autorité collective a une influence considérable sur eux.

Dans certains domaines, on peut parler de « mascarade » (ex : le monde des stars) de ce qui est montré et/ou caché, de ce qui est soumis à la pression sociale et aux conformismes. Se conformer complètement à ce type de masque peut entraîner la perte de l’individuation, une sorte d’aliénation. Mais d’un autre côté, l’absence complète de ce type de masque à incarner peut provoquer une extrême fragilité et des problèmes dans le développent psychologique des individus.

 

Différentes catégories de masques à travers l’histoire et les cultures :

  • Masques funéraires traditionnellement utilisés pour chasser les démons qui voudraient dévorer les morts (Mexiques, Pérou, Grèce antique, Egypte ancienne, …)
  • Masques des danses religieuses (Afrique, Amérindiens, Australie, Chine, …), masques entre les vivants et l’au-delà qui servent à épouvanter l’ennemi qui est dans ce cas un démon ou un fantôme. En Afrique, le sorcier évoque les puissances surnaturelles en ayant un vêtement spécifique et en cachant son visage sous un masque qui représente parfois des figures géométriques ou des animaux. En Océanie, les masques et travestissements servent à faire parler ou faire agir un esprit ancestral. Il a aussi une fonction pédagogique vis-à-vis des jeunes, afin d’évoquer l’histoire mythique de la communauté et de les initier.
  • Masques de guerre : lors des guerres contre les armées romaines, les Celtes enduisent leurs visages de couleur bleue (indigo) pour les effrayer. C’est pourquoi les Romains désignent le bleu comme la couleur des barbares…

Pendant la Première Guerre mondiale, les soldats portent des masques à gaz pour se protéger.

  • Masques de spectacle (théâtre Nô du Japon, Grèce antique…) : dans la tragédie grecque, un héros est toujours en relation avec le monde divin et le monde démoniaque. Pour frayer avec ces êtres surnaturels, il porte toujours un masque.

Apparues dans la Grèce du Vème siècle avant JC, les tragédies grecques sont surtout connues par trois auteurs : Eschyle, Sophocle et Euripide à qui on doit 32 tragédies connues à ce jour. Les tragédies ont une origine religieuse liée au culte du dieu Dionysos (fils de Zeus, dieu du vin et des fêtes). Elles sont composées d’un chœur et d’acteurs.

Le chœur comporte 14 personnes et un chef de chœur. Elles chantent des vers et dansent. Les acteurs sont au nombre de 2 ou de 3 personnes maximum. Leurs visages sont recouverts de masques en tissus, écorces ou bois et s’entourent de cheveux.

De Sophocle, on retiendra les tragédies les plus célèbres : Œdipe Roi, Antigone et Electre.

  • Masques de bal et de carnaval autorisent une exceptionnelle liberté de langage et de manières. Etre un autre, plus libre et déchargé des soucis habituels, s’exaltant de cette métamorphose dans un contexte de divertissement qui l’autorise…

Ex : Halloween ; « bauta » vénitienne.

  • Masques dans l’art : souvent représentés mais sont aussi parfois eux-mêmes des œuvres d’art. Ex : James Ensor, Picasso, …
  • Autres masques dans le sport, la médecine, les réseaux sociaux, … 

 

Quelques exemples très célèbres :

Les Gorgones (Grèce antique), créatures malfaisantes et laides, qui pétrifient ceux qui les regardent.  Les trois gorgones, Sthéno (« Puissante »), Euryale (« Grand domaine » et Méduse (« Dirigeante ») sont, selon la légende, les filles de divinités marines. Parmi elles, Méduse est la seule à être mortelle.

Elles sont terrifiantes, avec leurs grandes dents, leurs chevelure en serpents et leurs ailes dorées. Selon la légende, Méduse est tuée par Persée, grâce à son bouclier garni d’un miroir et de l’épée reçue par Hermès. Il lui tranche la gorge et offre sa tête à la déesse Athéna. Par la suite, il orne son bouclier d’un masque de gorgone, ce qui le rend invincible.

 

Les masques de Roméo et Juliette pendant le bal où ils se rencontrent à Vérone. Il s’agit d’une tragédie romantique écrite par William Shakespeare à la fin du XVIe siècle. Cette histoire d’amour se termine par la mort des deux amants, mais permet de réconcilier leurs deux familles, les Montaigu et les Capulet.

 

Zorro, héros justicier inventé en 1919 par l’écrivain américain Johnston Mc Culley. Zorro lutte contre les injustices dans une Californie mexicaine, sa véritable identité est Don Diego de la Vega. Le succès du livre est immense, au point qu’il est adapté au cinéma dès 1920. C’est Zorro qui a inspiré, parmi beaucoup d’autres héros, Batman. En 1958, les studios Walt Disney adapte les aventures de Zorro en série télévisée.

TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT